Voici donc, la seconde oeuvre de Gérard Di-Maccio que j’ai eu la chance d’acquérir il y a peu de temps, il m’en restera donc une dernière à vous présenter lors d’un prochain article.

J’ai tout de suite été  emballé par ce pastel de très grande dimension 100 *150 cm.

C’est une nouvelle oeuvre que je qualifie » d’oeuvre de force  » dans le sens où l’on ressent instantanément cette puissance qui émane du corps de cet être fabuleux. La technique est parfaite et l’entrave réalisée sur ces cordes force le corps à cette souffrance qui culmine sur le visage ce cette « femme » magnifiquement belle. Le spectateur ne peut qu’imaginer le parcours de cette « femme » pour se retrouver attacher de la sorte. Il s’agit également d’une oeuvre de force dans le sens où la musculature est puissante (fessier, mains…) et pour autant, ce n’est visiblement pas suffisant pour qu’elle puisse se libérer. Ce pastel peut déranger au premier regard et c’est tout l’intéret et la magie de ce peintre.

Ce pastel a fait parti de l’exposition qui a fait le tour du Japon en 1992, il est repris dans l’ouvrage édité par Asahi Shimbun (page 108). C’est un immense plaisir que de pouvoir contempler tous les jours une telle oeuvre.

 En voici donc une image et quelques points précis que je vous laisse apprécier (certaines photos avec flash):

dimaccionoeudspastel150x99large1.jpg

dsc03854.jpg

dsc03856.jpg

dsc03850.jpg

32581dscf2698.jpg

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Jerome TREYER
Charger d'autres écrits dans ART Visionnaire

Laisser un commentaire

Consulter aussi

nouveauté Collection : Claude GENISSON

Bonjour, J’ai véritablement eu un coup de foudre pour ce peintre Douaisien, qui appa…